Santé mentale des enfants déplacés et réfugiés réinstallés dans des pays à revenu élevé : risque et facteurs de protection

Added April 24, 2018

Citation: Fazel M., Reed R., Panter-Brick C., et al. Mental health of displaced and refugee children resettled in high income countries: Risk and protective factors. Lancet 2011;379(9812):266-82.

Quarante-quatre études ont été incluses dans l’étude pour identifier les principaux facteurs de risque et de protection des troubles de santé mentale chez les enfants déplacés et réfugiés. Il ne reste pas suffisamment de preuves au sujet de meilleures communautés ou interventions sociales pour corriger ces facteurs par le biais de l’élaboration des politiques.

Les enfants qui se réinstallent dans des pays d’accueil ont des taux plus élevés de prévalence de troubles de santé mentale en raison de difficultés rencontrées avant et après la migration. Cette analyse documentaire systématique a pour but d’identifier l’individu, la communauté, la famille et les facteurs sociaux qui pourraient avoir une incidence sur la santé mentale chez les enfants déplacés ou réfugiés. Les facteurs-clés de risque incluent une exposition à la violence avant la migration, la discrimination et de faibles supports financiers. Les facteurs-clé de protection comprennent un fort soutien parental, la cohésion familiale et un placement familial de même origine ethnique. Les limites de l’examen comprennent l’évaluation étroite des variables prédictives, la grande hétérogénéité des études incluses et l’absence de tailles d’effet pour éclairer les implications politiques. Des études longitudinales avec validité interne plus élevée sont nécessaires pour mieux comprendre les prédicteurs potentiels et les effets à long terme de la migration sur la santé mentale.

 

Clause de non-responsabilité : le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur la santé des réfugiés et demandeurs d’asile, mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet des réfugiés et des demandeurs d’asile sur la seule base du présent résumé.

Share