Interventions pour la cellulite et l’érysipèle

Added November 10, 2020

Citation: Kilburn S., Featherstone P., Higgins B., et al. Interventions for cellulitis and erysipelas. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 1. Art. No: CD004299.

Des preuves limitées montrent que les macrolides et les streptogramines sont légèrement meilleurs que la pénicilline pour éliminer ou réduire les symptômes à la fin du traitement de la cellulite, tout en indiquant que les antibiotiques oraux peuvent être plus efficaces que les antibiotiques par voie intraveineuse.

La cellulite et l’érysipèle sont considérés comme des manifestations du même état, une infection cutanée associée à une douleur intense et à des symptômes systémiques. Cette revue utilise le terme «cellulite» pour décrire les deux conditions. L’infection est généralement traitée avec des antibiotiques. Cependant, des corticostéroïdes et des traitements physiques ont également été utilisés.  Cette revue évalue l’efficacité et la sécurité des interventions non chirurgicales cellulite acquise. Les chercheurs ont sélectionné des essais contrôlés randomisés comparant deux interventions différentes ou plus pour le traitement de la cellulite. Celles-ci comprenaient 25 études portant sur 2 488 participants au total. Toutefois, aucune étude n’a porté sur les mêmes antibiotiques. Il n’y avait pas non plus de régime de traitement standard utilisé à titre de comparaison. Les antibiotiques oraux semblent être plus efficaces que les antibiotiques administrés dans une veine en cas de cellulite modérée ou grave. Il existe peu de preuves que les macrolides et les streptogramines soient légèrement meilleurs que la pénicilline pour réduire les symptômes à la fin du traitement de la cellulite. Aucune conclusion définitive ne peut être tirée quant au traitement le plus efficace en raison du manque de données.

 

Clause de non-responsabilité : le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur la santé des réfugiés et demandeurs d’asile, mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet des réfugiés et des demandeurs d’asile sur la seule base du présent résumé.

Share