Vaccins pour la prophylaxie post-exposition contre la varicelle chez les enfants et les adultes

Added November 12, 2019

Citation: Macartney K., Heywood A., McIntyre P. Vaccines for post-exposure prophylaxis against varicella (chickenpox) in children and adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 6. Art. No.: CD001833. DOI: 10.1002/14651858.CD001833.pub3.

Des études encouragent la vaccination de la varicelle chez l’enfant, en particulier si le vaccin est administré dans les trois jours suivant le contact avec un cas de varicelle. Si la varicelle est toujours bénigne dans certains cas, la vaccination diminue les risques de cas modérés à graves. 

 De nombreux pays ne vaccinent pas systématiquement les enfants contre la varicelle et des expositions au virus continuent de se produire. Bien que la maladie soit souvent bénigne, des complications telles qu’une infection bactérienne secondaire, une pneumonite et une encéphalite surviennent dans environ 1% des cas, conduisant généralement à une hospitalisation. Cette revue a constaté que trois essais distincts évaluaient l’efficacité de l’administration du vaccin de la varicelle en tant que prophylaxie post-exposition consécutivement à l’exposition dans le cadre domestique d’enfants non immunisés, à une fratrie atteinte de varicelle en opposition à un placebo. Dans l’ensemble, 13 des 56 (18%) ayant été vaccinés ont développé la varicelle, contre 42 des 54 (78%) ayant reçu un placebo (ou aucun vaccin). Le nombre de participants à ces trois essais était faible et la qualité des études incluses variait. Aucun essai de ce type n’a été mis en place chez l’adulte, et aucun des essais n’a mis en avant des effets secondaires survenus après la vaccination, tels que de la fièvre ou des réactions à l’injection. 

 

Clause de non-responsabilité : le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur la santé des réfugiés et demandeurs d’asile, mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet des réfugiés et des demandeurs d’asile sur la seule base du présent résumé.

Share