Programmes de groupes d’entraide économique pour améliorer l’autonomisation des femmes

Added September 7, 2020

Citation: Brody C, de Hoop T, Vojtkova M, et al. Economic Self‐Help group Programs for Improving Women’s Empowerment: A Systematic Review. Campbell Systematic Reviews 2015;11(1):1-182.

Qu’est-ce que c’est ? La pandémie de COVID-19 a provoqué une augmentation de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire, qui a touché d’une manière disproportionnée les personnes les plus marginalisées. Les recherches existantes sur les groupes d’entraide économique pour promouvoir l’autonomisation des femmes pourraient être utiles pour les décideurs politiques qui planifient une riposte immédiate et à long terme à la COVID-19.

Dans cette revue systématique Campbell, les auteurs ont recherché des études quantitatives sur les effets des interventions d’auto-assistance et des études qualitatives sur les mécanismes qui autonomisent les femmes et les perspectives des femmes dans les pays à revenu faible et moyen. Ils n’ont pas restreint leurs recherches par langue de publication et ont recherché des articles publiés entre 1980 et janvier 2014. Ils ont couvert 23 études quantitatives représentant des données de 21 groupes d’entraide qui se trouvaient au Bangladesh (6 groupes), en Éthiopie (1), en Haïti (1), en Inde (11), en Afrique du Sud (1) et en Thaïlande (1) ; et 12 études qualitatives, en Bolivie (1 étude), en Inde (9), au Népal (1) et en Tanzanie (1).

Ce qui a été trouvé : Les groupes d’entraide économique ont des effets positifs sur l’autonomisation économique et politique des femmes, ainsi que sur leur autonomisation sociale – comme le pouvoir de décision des femmes sur la taille de la famille et la mobilité sociale.

Les groupes d’entraide qui incluent un élément de formation ont des effets plus considérables sur l’autonomisation des femmes.

Il n’y a aucune preuve d’augmentation des niveaux de violence domestique et les données qualitatives indiquent que les groupes d’entraide peuvent réduire la violence domestique d’autant plus que les femmes gagnent le respect de leurs partenaires, de leurs familles et ont accès à la prise de décision du foyer. 

Les groupes d’entraide économique n’atteignent pas toujours les citoyens les plus pauvres ; les « plus pauvres des pauvres » ne participant pas pour des raisons économiques, l’exclusion sociale des plus marginalisés et les mécanismes d’auto-sélection. 

Il n’y a pas de preuves quantitatives indiquant des effets positifs sur l’autonomisation psychologique des femmes, mais des données qualitatives suggèrent que les femmes qui participent à des groupes d’entraide se perçoivent comme psychologiquement autonomes.

Il est incertain quels types de formation sont les plus efficaces pour parvenir à l’autonomisation des femmes.

 

Clause de non-responsabilité: Le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur le coronavirus (COVID-19), mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet du virus corona (COVID-19) sur la seule base du présent résumé.

Share