Nutrition entérale, nutrition parentérale et combinaison des deux méthodes chez les adultes en soins intensifs

Added March 29, 2020

Citation: Lewis SR, Schofield-Robinson OJ, Alderson P, et al. Enteral versus parenteral nutrition and enteral versus a combination of enteral and parenteral nutrition for adults in the intensive care unit. Cochrane Database of Systematic Reviews 2018; (6): CD012276.

De quoi s’agit-il ? Certains patients atteints de la maladie à COVID-19 feront des formes graves et devront être pris en charge au sein d’une unité des soins intensifs. Cette prise en charge peut bouleverser leurs habitudes alimentaires, réduire leur appétit ou favoriser la nausée et les vomissements, ce qui peut entraîner une dénutrition. Il existe plusieurs méthodes pour répondre au besoin nutritif : la nutrition entérale, la nutrition parentérale ou une combinaison des deux.

Pour cette revue systématique Cochrane, les auteurs ont recherché les essais randomisés et quasi randomisés comparant la nutrition entérale, la nutrition parentérale et une combinaison des deux méthodes chez les patients adultes en soins intensifs. Ils ont mené leurs recherches en octobre 2017 sans les restreindre en fonction de la langue de publication. Ils ont inclus 23 essais randomisés et 2 essais quasi randomisés. Onze autres essais sont en cours d’évaluation.

Ce qui fonctionne : selon des études menées sur des personnes présentant différentes maladies, des données montrent avec un faible degré de certitude que la nutrition entérale peut réduire le risque de sepsis. Les participants nourris par voie parentérale étaient moins nombreux à vomir par rapport à ceux nourris par voie entérale, mais le degré de certitude des données est faible.

Ce qui ne fonctionne pas : aucune conclusion.

Incertitudes : les effets de la méthode de nutrition sur de nombreuses variables, notamment la mortalité à l’hôpital, la mortalité à 90 jours, le nombre de jours sans ventilation et les effets indésirables comme la pneumonie, sont incertains.

Share