La mirtazapine comparativement à d’autres agents antidépresseurs pour la dépression

Added January 7, 2020

Citation: Watanabe N., Omori I.M., Nakagaw A., et al. Mirtazapine versus other anti-depressive agents for depression. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 12. Art. No.: CD006528. DOI: 10.1002/14651858.CD006528.pub2

La mirtazapine devrait avoir un début d’action plus rapide que les ISRS lors du traitement de la dépression en phase aiguë sur une période de 6 à 12 semaines.

La dépression se caractérise par une humeur basse persistante, une perte d’intérêt et de plaisir, une perte d’appétit, une insomnie, de la fatigue, un manque de concentration et même le suicide.  Les antidépresseurs, notamment la mirtazapine, qui présente un profil pharmacologique unique, constituent le pilier du traitement de la dépression majeure. Le but de cette revue était d’évaluer l’efficacité et l’acceptabilité de la mirtazapine par rapport aux autres antidépresseurs dans le traitement en phase aiguë de la dépression majeure chez l’adulte.  Cette revue comprenait les résultats de 29 essais contrôlés randomisés (4 974 participants au total) et concluait que la mirtazapine aurait probablement un début d’action plus rapide que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS). Cependant, la mirtazapine provoque des effets indésirables entraînant une fréquence d’abandons similaire à celle des ISRS et des antidépresseurs tricycliques. Elle est susceptible de causer un gain de poids ou une augmentation de l’appétit et de la somnolence, mais elle est moins susceptible que les ISRS de provoquer des nausées ou des vomissements et un dysfonctionnement sexuel

 

Clause de non-responsabilité : le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur la santé des réfugiés et demandeurs d’asile, mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet des réfugiés et des demandeurs d’asile sur la seule base du présent résumé.

Share