Interventions pharmacologiques pour prévenir le trouble de stress post-traumatique (TSPT)

Added November 12, 2019

Citation: Amos T., Stein D.J., Ipser J.C. Pharmacological interventions for preventing post-traumatic stress disorder (PTSD). Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 7. Art. No.: CD006239. DOI: 10.1002/14651858.CD006239.pub2

Il n’existe pas encore de preuves suffisantes pour recommander un médicament en tant que traitement préventif du trouble de stress post-traumatique (TSPT). 

Le TSPT est un trouble débilitant qui, après un délai suffisant, peut être diagnostiqué chez les personnes qui réagissent avec une peur intense, un sentiment d’impuissance ou une horreur à la suite d’événements traumatiques. Certaines données indiquent que des interventions pharmacologiques immédiatement après une exposition à un traumatisme peuvent réduire le risque de développer un TSPT. Cette revue évalue les effets des interventions pharmacologiques pour la prévention du TSPT chez l’adulte, à la suite d’une exposition à un événement traumatique. Les critères d’inclusion ont indiqué que les études devaient être des essais contrôlés randomisés. De plus, les participants à l’étude devaient être des adultes âgés de plus de 18 ans, ayant vécu des événements traumatisants mais n’ayant pas reçu de diagnostic d’un TSPT au moment de commencer à prendre des médicaments. Les auteurs ont trouvé neuf études avec un total de 345 participants. Sept études sur neuf ont présenté un risque élevé de partialité à cause de problèmes de conception de la recherche. Il y avait des preuves de qualité modérée que l’hydrocortisone (un médicament stéroïdien) empêchait le TSPT. Il y avait des preuves de qualité modérée que l’hydrocortisone réduisait la gravité des symptômes du TSPT. Il n’y avait aucune preuve que le propranolol (un bêta-bloquant), l’escitalopram (un type d’antidépresseur), le témazépam (un tranquillisant) ou la gabapentine (une anticonvulsivante) empêchent le TSPT. Tous les médicaments ont été acceptables, avec un faible nombre d’abandons en raison d’effets secondaires; cependant, toutes les études n’ont pas fourni d’information à ce sujet. De futures recherches de haute qualité sont nécessaires pour fournir des preuves plus solides de l’efficacité des médicaments dans la prévention du TSPT.

 

Clause de non-responsabilité : le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur la santé des réfugiés et demandeurs d’asile, mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet des réfugiés et des demandeurs d’asile sur la seule base du présent résumé.

Share