Interventions au niveau communautaire pour améliorer l’accès à la nourriture dans les pays à faible et moyen revenu

Added September 3, 2020

Citation: Durao S, Visser ME, Ramokolo V, et al. Community-level interventions for improving access to food in low- and middle-income countries. Cochrane Database of Systematic Reviews 2020, Issue 7. Art. No.: CD011504. 

Qu’est-ce que c’est? De nombreuses personnes dans les pays à faible et moyen revenus (LMIC) ne sont pas en mesure d’accéder à des aliments nutritifs, et ceci pourrait avoir de nombreuses répercussions sur la santé, les exposant à un risque de résultats cliniques plus négatifs s’ils sont diagnostiqués avec le COVID-19.

Dans cette revue de Cochrane, les auteurs ont recherché des études examinant les effets des interventions au niveau communautaire, visant à améliorer l’accès des personnes, des ménages et des communautés dans les LMIC, à des aliments nutritifs. Ils n’ont pas limité leur recherche par langue de publication, mais aux études publiées entre 1980 et septembre 2019, et ont effectué la dernière recherche en février 2020. Ils y ont inclus 59 études, dont 36 essais contrôlés aléatoires et 23 études contrôlées prospectives, principalement d’Afrique ou d’Amérique latine. Ils ont également identifié 39 études supplémentaires, qui sont en attente d’évaluation.

Ce qui a été trouvé: Les transferts monétaires inconditionnels améliorent la sécurité alimentaire, peuvent accroître la diversité alimentaire et réduire le retard de croissance; mais ont peu ou pas d’impact sur le développement cognitif de l’enfant.

Les transferts monétaires conditionnels améliorent probablement légèrement la fonction cognitive chez les enfants, et augmentent légèrement la diversité alimentaire, mais n’ont que peu ou pas d’effet dans la proportion des dépenses alimentaires des ménages, et peuvent également avoir peu ou pas d’effet sur le retard de croissance ou l’émaciation.

Les stratégies de génération de revenus ont probablement peu ou pas d’effet sur le retard de croissance ou l’émaciation. Elles peuvent avoir peu ou pas d’effet sur la sécurité alimentaire et pourraient améliorer la diversité alimentaire des enfants, mais pas des ménages.

Les bons alimentaires réduisent probablement le retard de croissance, peuvent légèrement améliorer la diversité alimentaire, et peuvent entraîner peu ou pas d’effet dans l’émaciation.

Les subventions alimentaires et nutritionnelles peuvent améliorer la diversité alimentaire chez les écoliers, mais leurs effets sur les dépenses des ménages en aliments sains par rapport aux dépenses alimentaires totales sont incertains.

Les interventions de soutien social (par exemple, les subventions communautaires) n’ont probablement que peu ou pas d’effet sur l’émaciation ou le retard de croissance.

 

Clause de non-responsabilité: Le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur le coronavirus (COVID-19), mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet du virus corona (COVID-19) sur la seule base du présent résumé.

Share