Infections respiratoires aiguës dans les populations touchées par une crise

Added April 23, 2020

Citation: Bellos A, Mulholland K, O’Brien KL, et al. The burden of acute respiratory infections in crisis-affected populations: a systematic review. Conflict and Health 2010; 4: 3

De quoi s’agit-il ? La pandémie de COVID-19, qui peut provoquer des infections respiratoires aiguës (IRA), aurait vraisemblablement un effet disproportionné sur les populations touchées par la crise. Les facteurs de risque d’IRA dans les situations de crise comprennent la malnutrition, le surpeuplement, la réduction de la couverture des programmes de vaccination, le stress psychologique, les naissances prématurées, l’exposition à des particules toxiques en suspension dans l’air ainsi que l’absence ou le retard de diagnostic et de traitement.

Dans cette revue systématique, les auteurs ont recherché des études quantitatives de la charge des IRA dans les populations qui, au moment de l’étude, étaient touchées par des catastrophes causées par des aléas naturels, des conflits armés, des déplacements forcés et des urgences nutritionnelles. Ils ont limité leur recherche, qu’ils ont effectuée en juin 2009, aux articles publiés entre 1980 et 2009 en anglais, en français, en espagnol, en portugais, en italien et en allemand. Ils ont examiné 36 études qui portaient sur des populations touchées par un conflit armé (25 études), une période d’urgence aiguë (1) et une phase de post-urgence (7), ainsi que sur des déplacés internes (3 études).

Ce qui a été constaté : la morbidité et la mortalité dues aux IRA augmentent considérablement dans des situations de crise, comme dans des camps et des installations de réfugiés.

Aussi, pour détecter les IRA en situation de crise, est-il préférable de mettre en place des systèmes de surveillance communautaire ciblée plutôt que de s’appuyer uniquement sur des données recueillies auprès des établissements de santé.

Il est également recommandé d’améliorer la sécurité alimentaire et de stabiliser les conditions de vie en vue de réduire la vulnérabilité aux IRA.

Il faudrait renforcer la couverture vaccinale contre d’autres maladies, en particulier les stratégies de vaccination contre le pneumocoque, le Hib, la rougeole et la coqueluche, même chez les enfants plus âgés, afin d’en réduire le fardeau.

Ce qui est incertain : en situation de crise, il est difficile d’établir l’incidence des infections respiratoires aiguës et des décès imputables à une cause précise.

 

Clause de non-responsabilité: Le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur le coronavirus (COVID-19), mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet du virus corona (COVID-19) sur la seule base du présent résumé.

Share