Immunisation passive post-exposition pour la prévention de la rubéole et du syndrome de rubéole congénitale

Added November 13, 2019

Citation: Young M.K., Cripps A.W., Nimmo G.R., et al. Post-exposure passive immunisation for preventing rubella and congenital rubella syndrome. Cochrane Database of Systematic Reviews 2015, Issue 9. Art. No.:CD010586. DOI: 10.1002/14651858.CD010586.pub2.

On ne dispose pas de suffisamment d’éléments probants pour tirer des conclusions directes sur l’efficacité de la vaccination passive post-exposition dans la prévention du syndrome de rubéole congénitale. 

L’infection par la rubéole en début de grossesse peut entraîner une fausse couche, la mort du fœtus ou une anomalie congénitale. Cette revue évalue 12 études (430 participants) pour l’efficacité de l’injection intramusculaire ou de la perfusion en intraveineuse d’immunoglobulines polyclonales de sérum humain ou d’origine plasmatique dans la prévention de la rubéole et du syndrome de rubéole congénitale lors d’une administration à des personnes exposées avant le début de la maladie. ceux qui reçoivent des anticorps sont 39% moins susceptibles de développer une rubéole que ceux qui ne reçoivent pas d’anticorps. Dans une analyse des sept études (89 participants) où les participants avaient été en contact avec la rubéole jusqu’à cinq jours auparavant, les sujets ayant reçu les doses les plus élevées utilisées dans le cadre de ces études avaient 80% moins de risques de développer la rubéole que ceux non immunisés. Une seule étude incluait des femmes enceintes. Les études évaluant la prévention de la rubéole étaient de qualité moyenne en raison de problèmes de méthodologie et du nombre assez faible de participants. Par rapport à l’absence de traitement, l’immunisation passive semble être bénéfique pour la prévention de la rubéole. Les preuves disponibles suggèrent que cette opération peut être bénéfique jusqu’à cinq jours après l’exposition et que l’efficacité dépend d’une dose suffisante. 

 

Clause de non-responsabilité : le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur la santé des réfugiés et demandeurs d’asile, mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet des réfugiés et des demandeurs d’asile sur la seule base du présent résumé.

 

Share