Immunisation passive post-exposition pour la prévention de la rougeole

Added November 13, 2019

Citation: Young M.K., Nimmo G.R., Cripps A.W., et al. Post-exposure passive immunisation for preventing measles. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 4. Art. No.: CD010056. DOI: 10.1002/14651858.CD010056.pub2.

L’injection d’anticorps en intramusculaire chez les sujets ayant été en contact avec la rougeole mais dépourvu de leurs propres anticorps, s’est avéré concluant pour les empêcher de contracter la maladie, comparé à ceux qui ne recevaient aucun traitement. 

On considère généralement que l’immunisation passive évite l’apparition de la rougeole chez une personne qui n’est pas immunisée et qui a été exposée à l’infection. Cette revue évalue l’efficacité et l’innocuité de l’injection intramusculaire ou de la perfusion intraveineuse d’immunoglobulines pour la prévention de la rougeole lorsqu’elles sont administrées à des sujets exposés avant l’apparition des symptômes. Les sujets n’ayant pas d’anticorps sont considérés comme étant le groupe des personnes vulnérables. Sur la base de sept études répondant aux critères d’inclusion (1 432 participants), la revue a révélé que, lors de l’utilisation de la préparation d’anticorps de dernière génération, les sujets étaient moins susceptibles de contracter la rougeole de 83% que ceux qui n’étaient pas traités. Cependant, seules deux études ont comparé le vaccin antirougeoleux à l’injection d’anticorps dans ce groupe. Aucune conclusion définitive n’a donc pu être tirée quant à l’efficacité relative de ces interventions. En outre, ces études n’incluaient pas les femmes enceintes, les nourrissons et les personnes immunodéprimées du groupe de participation; elles ne sont donc pas incluses dans les résultats. De plus, aucune dose minimale d’anticorps requise pour atteindre l’efficacité n’a été mesurée dans les études. 

 

Clause de non-responsabilité : le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur la santé des réfugiés et demandeurs d’asile, mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet des réfugiés et des demandeurs d’asile sur la seule base du présent résumé.

Share