Dépistage de la violence entre partenaires intimes chez les femmes dans les établissements de santé

Added November 11, 2019

Citation: O’Doherty L., Hegarty K., Ramsay J., Davidson, L.L., Feder, G., Taft, A. Screening women for intimate partner violence in healthcare settings. Cochrane Database of Systematic Reviews 2015, Issue 7. Art. No.:CD007007.DOI:10.1002/14651858.CD007007.pub3.

On ne dispose pas de suffisamment d’éléments probants pour recommander de demander à toutes les femmes ce qui se passe dans les établissements de santé.

Certains gouvernements et organisations professionnelles conseillent de soumettre toutes les femmes à un dépistage de la violence entre partenaires intimes plutôt que de demander uniquement aux femmes présentant des symptômes. Cet examen évalue l’efficacité et la sécurité du dépistage de la violence entre partenaires intimes réalisé dans les établissements de santé sur l’identification, l’orientation, la ré-exposition à la violence et les résultats de santé des femmes. Treize études remplissaient les critères d’inclusion et comprenaient 14 959 femmes qui avaient accepté de participer à ces études. Les études ont montré un décalage entre le nombre croissant de femmes recrutées lors du dépistage par des professionnels de la santé et le nombre élevé de femmes fréquentant des établissements de santé réellement touchées par la violence domestique. Il n’y avait aucune preuve d’incidence sur les autres résultats (base de référence, ré-exposition à la violence, mesures de santé, dommages résultant du dépistage). Ainsi, bien que le dépistage augmente l’identification, les preuves sont insuffisantes pour justifier le dépistage dans les établissements de santé. Plus des preuves sont nécessaires pour montrer si le dépistage augmente réellement le nombre de références et la participation des femmes aux services de soutien, et / ou réduit la violence et influe positivement sur leur santé et leur bien-être.

 

Clause de non-responsabilité : le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur la santé des réfugiés et demandeurs d’asile, mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet des réfugiés et des demandeurs d’asile sur la seule base du présent résumé.

Share