Amitriptyline contre placebo pour le trouble dépressif majeur

Added January 7, 2020

Citation: Leucht C., Huhn M., Leucht S. Amitriptyline versus placebo for major depressive disorder. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 12. Art. No.: CD009138. DOI: 10.1002/14651858.CD009138.pub2.

Les données de la revue montrent que l’amitriptyline est un traitement efficace pour la dépression majeure, mais est associé à un certain nombre d’effets indésirables.

L’amitriptyline est un antidépresseur tricyclique synthétisé en 1960, introduit dès 1961 aux États-Unis et est toujours utilisé régulièrement. Cette revue sert à évaluer les effets de l’amitriptyline comparés à un placebo ou à l’absence de traitement contre la dépression majeure chez l’adulte. La revue inclut 39 essais, portant sur un total de 3 509 participants, et confirme son efficacité comparée à un placebo ou à l’absence de traitement. Cette découverte est importante, car l’efficacité des antidépresseurs a récemment été mise en doute. Cependant, la revue a également démontré que l’amitriptyline produit un certain nombre d’effets secondaires tels que des problèmes de vision, de constipation et de sédation. L’analyse présentée est limitée par le fait que de nombreuses études ont été mal rapportées, ce qui aurait pu conduire à des biais. Les données sur les décès n’ayant pas été rapportées, cette revue ne permet pas de déterminer si l’amitriptyline augmente la mortalité par ses effets secondaires ou la réduit en prévenant les suicides. Cependant, en raison de son efficacité relativement bien documentée et de son faible coût (l’amitriptyline est disponible en tant que médicament générique et peu coûteux dans au moins certains pays), l’amitriptyline ne doit pas être oublié en tant qu’option de traitement, en particulier pour les patients qui n’ont pas réagi aux médicaments plus sûrs.

 

Clause de non-responsabilité : le présent résumé a été rédigé par le personnel et les bénévoles de Evidence Aid afin de rendre le contenu du document original accessible aux décideurs qui cherchent les données disponibles sur la santé des réfugiés et demandeurs d’asile, mais qui n’ont peut-être pas le temps, initialement, de lire le rapport original dans son intégralité. Il ne se substitue pas aux avis médicaux des médecins, des autres travailleurs sanitaires, des associations professionnelles, des personnes qui élaborent les lignes directrices, des gouvernements nationaux et des organismes internationaux. Si les lecteurs de ce résumé estiment que les données qui y sont présentées sont pertinentes pour prendre leur décision, ils devraient se référer au contenu et aux détails de l’article original ainsi qu’aux conseils et lignes directrices offerts par d’autres sources d’expertise avant de prendre des décisions. Evidence Aid ne peut être tenue pour responsable de décisions prises au sujet des réfugiés et des demandeurs d’asile sur la seule base du présent résumé.

Share